Exemple de Techniques Divinatoires de Voyance | Clara

QUELQUES TECHNIQUES DIVINATOIRES

- la cafédomancie

La Cafédomancie est un procédé de divination qui consiste à prédire l’avenir en interprétant les traces laissées par le marc de café au fond d’une assiette ou d’une tasse.
 Son origine serait du Yemen et la cafédomancie serait pratioquée depuis le 9 ème siècle.
Cet art divinatoire se transmet de mère en fille. Des animaux , des chiffres, des lettres et des objets se dessinent au fond de la tasse  retournée sur sa soucoupe.
Les dessins  qui se découvrent sur la soucoupe représentent le présent et les dessins dans la tasse représentent le futur.

-la tasséomancie :

La tasséomancie est une lecture de dessins des feuilles de thé.
Depuis des siècles, différentes méthodes ont été pratiquées, mais les principes ont la même base.
Du thé en feuilles est infusé et le consultant boit le thé en laissant les feuilles de thé au fond de sa tasse avec un restant de liquide.
Le consultant mélange un certain nombre de fois qui peuvent différer d’une civilisation à l’autre et retourne sa tasse sur une sous tasse. Le devin prend la tasse et interprète les dessins, formes, variations, apparaissant au fond de la tasse.
Les bords de la tasse doivent être évasés pour que les feuilles s’y collent

-l’alomancie

Cette divination utilise le sel. Le devin lance du sel en l’air et son interprétation se base en deux étapes : la première sur la façon dont le sel retombe sur le sol et la deuxième sur l’analyse des formes sur le sol.
-la géomancie,
Cette divination est réalisée par ‘l’observation de figures formées sur le sol.’ (Robert)

Si l’astrologie relie le Ciel à la Terre, on peut dire que la géomancie unit la Terre aux Hommes.
La géomancie est un art divinatoire millénaire à base mathématique, d’origine Arabe et rapportée à l’Occident latin en même temps que l’astrologie Arabe.

Après une invocation à son Dieu, le géomancien travaille sur le sol ou sable de la main droite concevant ses figures de droite à gauche, et interprétant le passé, présent et futur de la personne.

-la bibliomancie

est une divination qui se pratique en choisissant un livre et en l ouvrant à une page au hasard, après un rituel choisi.

-L’onimorancie

Beaucoup de peuples de l’Antiquité croyaient en la révélation divine au travers des rêves et les Grecs de cette période de l’histoire n’y faisaient pas exception et appréciaient beaucoup l’onimorancie.

Les Oneiroi (= Songes en grec Ancien) sont même des divinités qui personnifient les rêves. Et leurs rêves leurs transmettaient la volonté des Dieux.

Les Grecs de l’Antiquité pratiquaient la divination dans des sanctuaires oraculaires.

Dans Homère, Odyssée, (XIX, 535-550)

Pénélope dit à Ulysse
‘Allons! Conseille-moi: un songe m’est venu, que je m’en vais te dire … ‘

Donc ils avaient entre autres comme pratiques divinatoires : l’interprétation de leurs songes qu’ils prenaient vtrès au sérieux, l’analyse des présages, des coïncidences, du vol des oiseaux, de l’interprétation des formes et des reflets des viscères des animaux sacrifiés, l’interprétation également des flammes et de la fumée lors de sacrifices d’animaux.

-l’onomancie

(ou onomamancie, onomatomancie).
En grec onoma= nom et manteia= prédiction.
L’onomamancie représente la divination utilisant le nom de la personne.  Les Pythagoriciens l’utilisaient et avaient même ce dicton ‘nomen omen’ qui se traduit par ‘le nom est présage’.

-La thalassomancie 

La thalassomancie est une divination par l’observation et l’interprétation de la mer et de la forme, de ses vagues et de ses couleurs .
En grec thalassa se traduit par mer.
Une des purifications de notre pendule divinatoire se fait en utilisant de l’eau de mer,  de source , ou de Lourdes , ou de fontaines sacrées., qui a été en mouvement.

Au Japon, le sanctuaire Yaegaki dédié à la Déesse Susanoo et à la princesse Inata est très connu et populaire.
C’est un étang  appelé étang miroir « kagami no ike » qui permet la prédiction du moment de la rencontre avec une de ses  âmes soeur

-la néphomancie :

En grec  nephelê=nuage
Nous observons la forme, la taille, la vitesse, la couleur, le sens de déplacement des nuages, avec une échelle de temps passé, présent, futur. Les formes ressembleront par exemple à des animaux qui chacun a une sybolique propre.
La néphomancie était pratiquée dans l’Orient ancien, en Chaldée, à Byzanceet à Babylone par des prêtres.

- TECHNIQUE DIVINATOIRE DES DRUIDES

58 Avant Jésus-Christ, Jules César dit du druidisme:
‘On croit que la doctrine des druides est née en Bretagne, et a été apportée de cette île dans la Gaule; de nos jours encore ceux qui veulent en faire une étude approfondie vont le plus souvent s’instruire là-bas’ (Gaius Julius Caesar Guerre des Gaules )

Les druides avaient des pratiques divinatoires basées sur leur connexion profonde et communion avec la Nature. Ils en recevaient les messages divins et vivaient dans leur forêt.
Les druides étaient les seuls de leur clan à pouvoir  interpréter les messages Divins et les seuls à pouvoir s’adresser à leurs Divinités.
Leur clan incluait d’ailleurs tous leurs Ancêtres qui eux guidaient ceux qui vivent.


Leurs supports divinatoires étaient la forme des arbres, leur feuillage, le mouvement des branches, certaines plantes comme le hou, le gui, le sureau. Ils utilisaient également,les animaux et les pierres.


Le chêne rouvre, élément naturel et surnaturel pour les Duides, cet arbre qui apprécie beaucoup le soleil et qui le représentait en pays Celte, arbre roi de la forêt et arbre axe du monde reliant le Ciel à la Terre,  et l’homme au Divin .
Le gui lui est rare et poussait sur plusieurs de leurs arbres, comme l’orme ou le hêtre mais parce qu’il poussait sur le chêne sacré, le gui était considéré essence divine par les Druides.

Il avait aussi cette composante spirituelle intrinsèque car c’est un arbrisseau qui pousse sur son arbre hôte mais n’a aucun contact avec sol.
Le chêne est symbole du soleil, et les baies du gui sont blanches et en forme de pleines lunes. Chêne et gui forment l’union du féminin et dumasculin, du yin et du yang et de l’ harmonie de la Divine Nature.

Le Gui est plante pérenne, qui ne se fanne pas. .

Le gui pousse également  en Australie, en Nouvelle Zélande, en Afrique du Sud, en Amérique du Sud et ce qu’il y a de magique est que tous ces guis fleurissent et portent leurs baies à maturation simultanément, malgré que ceux  dans l’hémisphère nord soient en période d’hiver tandis que  les autres guis dans l’hémisphère sud sont en période d’été. Pour tous les guis du monde, leur floraison et leur maturation semblent comme unies par une force de croissance et de vie ancestrale commune.


Les révélateurs divinatoires des Druides étaient entre autres la forme des arbres, leur feuillage, le mouvement des branches, certaines plantes comme le hou, le gui, le sureau. Ils utilisaient également,les animaux et les pierres.

Pour prédire le futur, et savoir par exemple s’il fallait livrer bataille ou pas, les druides observaient les baies sur les branches de houx, leur nombre et croissance.

Lors de rituels pour donner leurs prédictions et prophéties, ils utilisaient le gui, interprétant les dessins formés sur le sol.
Les druides prophétisaient et faisaient des prédictions également pendant la récolte du gui.


 Le sureau avait un pouvoir guérisseur comme le gui mais également un pouvoir divinatoire qui lui était propre.
Les druides étaient également medium utilisant leur flûte en bois de sureau, pour communiquer avec leurs ancêtres ou recevoir des messages divins, par messages, visions et flashs et pratiquaient la magie et rituels.


Un druide était donc savant, prêtre, sacrificateur, philosophe, mathématicien, juriste, orateur, sorcier, médium, guérisseur, conseiller conjugual, chef politique, enseignant,  jurisconsulte, orateur, astrologue, philosophe, mage et possédait un grand nombre de recettes de filtres magiques.
Le Druide devait également savoir manier certaines  armes (dague, gourdin, javelot, arc, épieu…), son bouclier et pouvait porter son armure, tout cela même s’il était exempté de service miltaire.

-ASTROLOGIE

L’astrologie est issue d’une longue tradition d’observation du ciel qui prend sa source en Mésopotamie au milieu du IIIe millénaire avant J.-C.
Les zodiaques chaldéens et des tablettes de Babylone, des almanachs du Moyen-Âge, des horoscopes de Catherine de Médicis en sont des preuves et témoignent de l’engouement pour cet act divinatoire.
Jusqu’au 17è siècle, l’astrologie occupe une place privilégiée dans les milieux savants.
Les astronomes, médecins, rois et reines sont captivés.
L’astrologie fournitrades prédictions basées sur le thème astrologique entre autre et permettra la rédaction de l’ horoscope.

Consultations apparentées

Comments are closed.